quelles que soient ses atteintes et déficiences, tout enfant est un être en développement

En 1967 Elizabeth ZUCMAN pose comme principe fondamental, que « quelles que soient ses atteintes et déficiences, tout enfant est un être en développement », elle nous invite ainsi à aborder l’enfant polyhandicapé d’un point de vue ontologique.

C’est un choix primordial, parce qu'il offre un avenir et des perspectives à tout enfant polyhandicapé. Poser comme point d’ancrage la dimension de l’être, considérer l’enfant polyhandicapé d’un point de vue ontologique, c’est accepter son existence, tenir compte d’elle sans que cela revienne pour autant à un laisser-être.

 

Définir l’enfant polyhandicapé comme un être en développement, c’est aussi déjà répondre à la question de la conscience ou de l’état de conscience que ne manque pas de poser la représentation initiale de l’enfant polyhandicapé; l’être et la conscience sont donnés ensembles, la conscience compose un seul tout avec le corps et surtout l’expérience singulière de notre existence se fonde dans la conscience que nous en avons ; ainsi l’enfant polyhandicapé vit-il son existence dans le périmètre d’une expérience humaine pleine et entière et aussi singulière que les autres ; charge nous est confiée de trouver les moyens appropriés pour aller à sa rencontre, le rejoindre et lui proposer un cheminement adapté qui contribuera à son émancipation.

Plus simplement, c’est vouloir formuler que chaque enfant doit faire l’objet d’une attention singulière dans laquelle est incluse un projet d’éducation personnalisé dans un cadre pédagogique adapté à l’aide de moyens appropriés.